L’immunité innée : de la détection à la réponse

Le système immunitaire inné constitue la première ligne de défense de l’organisme. Des senseurs et des récepteurs interviennent dans les voies de l’immunité innée. Ces structures perçoivent les stimuli déclenchés par des agresseurs de l’organisme comme les virus, les champignons et les bactéries, ou encore les dommages à ses propres cellules. Elles sont classées en différentes catégories, notamment :

  • Les senseurs et récepteurs intracellulaires : récepteurs de type NOD (NLR), senseurs cytosoliques de l’ADN (CDS) et récepteurs de type RIG‑1 (RLR).
  • Les protéines transmembranaires de la surface cellulaire : récepteurs de type Toll (TLR) et récepteurs de lectine de type C

Lorsqu’ils sont stimulés, ces senseurs et récepteurs déclenchent une réponse de signalisation spécifique qui entraîne la mort cellulaire localisée, le recrutement des cellules du système immunitaire inné et la modulation du système immunitaire adaptatif.

Le rôle primordial du système immunitaire inné dans plusieurs maladies

Les voies de l’immunité innée jouent un rôle important dans la défense de l’organisme. Cependant, leurs dysfonctionnements sont au centre d’une variété de maladies humaines, notamment :

  • Maladies auto-immunes rares causées par des protéines de l’immunité innée. On sait que des anomalies de certaines voies de l’immunité innée sont à l’origine de maladies auto-immunes rares.
  • Hyperactivité de la réponse du système immunitaire inné et maladies prévalentes. De nombreuses maladies auto-immunes et de plus en plus de maladies fibrotiques et neurodégénératives sont liées à une hyperactivation de ces voies de signalisation.
  • Immunité innée et cancer. L’immunité innée est un facteur important de défense contre le cancer, et l’activation de ces voies de signalisation laisse entrevoir des applications en oncologie.

En particulier, les voies de l’inflammasome et de détection des acides nucléiques, qui sont le centre d’intérêt de Ventus, sont fortement associées à la pathogenèse des maladies. Grâce à notre plateforme d’immunologie structurale et aux connaissances biologiques spécifiques à certains types de cellules et tissus provenant des laboratoires de nos fondateurs et conseillers du milieu universitaire, nous avons les outils pour anticiper les cibles particulières susceptibles d’être transposables à des applications dans diverses maladies.